Fin des cookies sur le web : réalité ou utopie ?

Cookies web rgpd

Doit-on continuer à utiliser les cookies publicitaires ? La question est plus que jamais d’actualité. C’est en tout cas l’un des enjeux majeurs de ces prochaines années. La sensibilité de la question des données personnelles entre également en ligne de compte. Alors qu’on évoque leur interdiction depuis de longues années, les cookies constituent toujours l’un des outils les plus puissants de la communication sur internet. Cette technologie semble très solidement ancrée dans les mœurs digitales, après avoir survécu à de nombreux assauts, qu’ils soient législatifs où populaires.  

Après deux décennies d’exploitation extrêmement fructueuses pour les annonceurs, le cookie vit actuellement une période agitée. Une période agitée qui n’a finalement rien de nouveau, car une certaine méfiance a toujours entouré cette technologie. Le cookie est-il sur le point de disparaître ? Difficile de répondre de façon tranchée en 2019.

BBP vous propose aujourd’hui de revenir sur l’histoire du cookie publicitaire et d’ouvrir le débat sur son avenir. Entre la réforme RGPD, les usages actuels, voici notre focus sur une technologie qui a transformé à jamais notre navigation sur le web. 

Un peu d’histoire 

Créé et popularisé dans le milieu des années 90, le cookie est né de la volonté de faciliter l’utilisation des navigateurs internet. La première utilisation daterait de 1994. Le cookie était alors un simple fichier texte créé pour stocker des données sur un panier d’achat virtuel. Son seul but : déterminer si une personne avait déjà visité un site web. Depuis ces premières expérimentations, le cookie se popularise rapidement et se retrouve sur l’ensemble des navigateurs. Il est accepté par défaut et son existence reste inconnue du grand public jusqu’en 1996. Cette année-là, le Financial Times évoque le sujet pour la première fois. Cet article a déclenché une prise de parole massive des médias sur le sujet. 

Usages actuels 

Aujourd’hui, le cookie s’apparente à un véritable couteau suisse digital. En effet, ils peuvent être présents sur différentes sections des sites et surveiller une multitude d’actions. Il mémorise vos mots de passe, vos coordonnées, il sauvegarde les produits que vous envisagez d’acheter, garde en mémoire le contenu que vous visionnez, vérifie le cryptage de vos données personnelles… Malgré leurs nombreuses caractéristiques et fonctionnalités, les cookies ont deux objectifs très simples. Faciliter votre expérience de navigation (connexion, chargement des contenus, langues…) et adapter le marketing à votre profil de consommateur. 

Le digital sans les cookies 

Il est évidemment encore trop tôt pour parler de la fin des cookies. Néanmoins, de nombreux chiffres et changements dans l’écosystème digital montrent que le cookie est aujourd’hui fragilisé. 

cookies privacy

L’incontournable RGPD a notamment redéfini l’adresse IP comme une donnée privée. Ce changement majeur a conduit de nombreux annonceurs à innover. On retrouve de plus en plus de bloqueurs de publicités (adblockers), sous forme d’extensions de navigateur ou de véritable application . Si c’est souvent dans la recherche d’un confort de navigation que les internautes les utilisent, les bloqueurs causent des pertes importantes du côté des revenus publicitaires (estimées entre 15 et 20%). La e-privacy, qui réglemente les échanges d’informations entre les fournisseurs de services électroniques, pèse également sur l’avenir des cookies.  

Le cookie est donc encore omniprésent dans le secteur digital. Il constitue toujours une technologie sur laquelle repose d’innombrables stratégies et dispositifs de publicités. Les changements majeurs survenus au cours de cette décennie illustrent son déclin certain. Cependant, à moins d’une véritable révolution digitale, on voit mal le cookie disparaître dans un futur très proche. Reste à savoir pour combien de temps il sera encore possible d’exploiter ces données à des fins publicitaires.